----------------- ---------- ---------- ---------- ---------- ---------- ---------- ---------- --épuisé / out of stock-----
Pierre Beloüin & P. Nicolas Ledoux & Pascal Béjean
OpticalSound Manifeste!

Disponible en version numérique sur Art Book Magazine

64 Pages - 2 Couleur - Format 21x28 xcm-, parution spécifique
23/06/2010
Conception et réalisation Pierre Beloüin et P. Nicolas Ledoux
Direction artistique Pascal Béjean pbnl.fr
voir en ligne

Premier hors-série avant le numéro 1 de notre revue ! Une réponse à l’exposition «Le temps des manifestes» à l’Espace de l'Art Concret, initiée par Fabienne Fulchéri. Un parcours visuel et quelques infiltrations sur murs avec des affiches manifestes, qui sont les impositions de la version revue. Les posters étant privilégiés, les experts comprendront que certaines pages de la revue soient tombées sur la tête. Les deux versions seront disponibles sur place ici ou encore dans le cadre de l'exposition Previoulsy on Optical Sound le Mardi 6 Juiillet 2010 à la Galerie Frédéric Giroux..

"Le temps des Manifestes"
(Après un numéro zéro… et avant un n°1!)
Ceci n'est pas un catalogue / ceci n'est pas une revue.

Impossible en effet de résister à la proposition de Fabienne Fulchéri (directrice de l'espace d'art concret) de saisir son exposition, de mixer cette matière explosive et hallucinante : ces manifestes qui nous hantent et balisent nos parcours respectifs qu'ils soient artistiques, littéraires, musicaux, graphiques… On a pris sans hésiter, sans regarder derrière - dans l'urgence du projet, sans trier : textes, documents, œuvres… Mais on a aussi infiltré nos manifestes - effectué quelques diversions, quelques ajouts, quelques échos. Une manière d'écrire Notre histoire… couper, compiler, juxtaposer : deux formats en un : version dégrafée et les pages de la revue s'agencent un une série de quatre grands posters; version agrafée, classique : on tourne, détourne et retourne les éléments. Ne pas céder à la nostalgie de ces grands élans utopiques : l'Histoire a fait son chemin entre mystification et banale érotisation… Les tableaux slogans de Guy Debord sont aujourd'hui exposés en ouverture du musée Pompidou-Metz : réification parfaite et cynisme à forte valeur ajoutée - financière et "artistique" - mais insupportable parjure, profonde impuissance - dégoût… La contestation est devenue une valeur spéculative : Elle rapporte à ceux qui la récupère et coûte à ceux qui la mène… Le libéralisme cannibalise sa propre critique et le marché fait le reste.
Nous participons à cela !
Le "changement de paradigme" tant réclamé n'a pas eu lieu… Le "dépassement de l'art" non plus… Le temps des manifestes n'est plus. À l'heure des réseaux sociaux on pourrait croire à des soulèvements plus profonds et organisés mais c'est d'apéro géant dont il s'agît et la prohibition est vite organisée… Les artistes se sont professionnalisés et s'invitent dans les Palais - privés ou public; L'avant-garde est instantanée, en vente-flash : aussi vite encensée, aussi vite numérisée, aussi vite remplacée - neutralisée. Fragmentation, médiatisation, virtualisation, isolement - chacun pour soi et rien pour les autres. La résilience comme dernière crème à résistance… Pourtant… Il existe des alternatives - qui s'inscrivent et s'écrivent alors dans une gestion d'un temps différent : temps lent, temps décalé, contre-temps… des actions masquées, anonymes - activées à distance; une forme de braconnage artistique, de parasitage discret - un art caché dans l'art… un art à la frontière de l'art, en mouvement… un art dégagé des valeurs et des usages de l'art… un art manifeste sans manifeste.